Distance
Distance
595 km
Dénivelé
Dénivelé
9 000 m
Portage
Portage
0.5 %
Altitude
Altitude max
1 074 m
Asphalte
Asphalte
25 %
Singles
Singles
18 %

Ce tour imaginé pour les VTT se faufile entre plages méditerranéennes et montagnes, étangs et lacs, garrigues et forêts. Il arpente les parcs régionaux du Haut Languedoc et des Grands causses, la frange sud des Cévennes, classées au Patrimoine mondial de l’UNESCO, avant de regagner la plaine lagunaire du littoral.

Le tour joue avec la frontière de l’Hérault, le plus souvent en restant dans le département, parfois en léchant les départements voisins (Aude, Tarn, Aveyron, Gard). Il minimise l’asphalte, favorise les singles, traverse les villages pittoresques et offre des points de vue à couper le souffle sur le pays de Thau, le Bitterois, le Minervois, la Montagne noire, les monts de Lacaune, les sommets de l’Espinouse, les Monts-d’Orb, le Larzac, le pays des Garrigues avant de rejoindre le bord de mer et les dernières collines.

Le tour fait découvrir des sites et des monuments historiques (Canal du Midi, abbatiale de Caunes, vertiges romains d’Ambrussum…) et des panoramas grandioses (saut de Vézoles, vallée de l’Orb, forêt l’Escandorgue, gorges de la Vis, vallée de la Buèges…). Des restaurants et des cafés se cachent dans presque tous les villages traversés. Des campings et des zones sauvages ponctuent le parcours, ainsi que des gîtes et des chambres d’hôtes. Durant les beaux jours, on peut souvent se baigner (mer, étangs, lacs et rivières).

Le tour est praticable toute l’année, sauf de rares journées hivernales où les sommets de l’Espinouse et le plateau du Larzac sont enneigés. L’été, la chaleur peut-être suffocante dans la partie nord, rouler de préférence très tôt et très tard. Le printemps et l’automne sont les saisons idéales. En mai, c’est extraordinaire.

Sur la plage

Équipement

Pensé pour le VTT, le tour exige des pneus au minimum de 50 mm pour avaler les passages caillouteux. Félix a bouclé le tour avec un gravel équipé de pneus de 45 mm, Valérie de pneus de 47 mm, mais attention tous les deux sont des pilotes exceptionnels, avec un gros background VTT (et ils ont ressenti des douleurs dans les bras durant plusieurs semaines après). Une fourche hydraulique ou de gros pneus restent souhaitables pour un plaisir maximum. Ce n’est pas un trace gravel !

Des pneus tubeless sont indispensables, les terrains rencontrés tant côté épines que cailloux n’étant pas compatibles avec les chambres à air.

Vu les forts pourcentages rencontrés presque tout au long de la trace, il est recommandé de rouler avec un développement d’au minimum 0,65 m (typiquement un VTT 29” avec un 32x50).

Suivant la saison, début printemps, fin d’automne et hiver, possibles zones humides ou cours d’eau à traverser.

Dans le Midi, surtout dans les garrigues, les épineux aiment griffer les jambes. Prévoir des chaussettes hautes.

De nombreux points d’eau ponctuent le parcours, deux gourdes de 0,75 l suffisent, voire deux fois 1 l en été. En revanche, il peut être difficile de s’alimenter, donc bien anticiper de ce côté.

Difficulté

Le tour emprunte aussi souvent que possible des singles, avec des passages parfois techniques, voire un poil engagés. Effectuer le tour en quatre jours reste une épreuve de force. Il vaut mieux prendre cinq ou six jours, voire une semaine.

La trace minimise le poussage sans réussir à l’éliminer (1,5 km avec des pourcentages entre 15 et 30 %). Il faudra parfois porter pour franchir quelques secteurs rocailleux (éviter les chaussures trop rigides). Certaines descentes peuvent être impressionnantes, surtout quand des pierres roulantes les transforment en piste de ski.

Essayez d’être le plus léger possible (moins de 20 kg de préférence).

Index IBP : 827

GPX de référence

Autres cartes/GPX

Road Book

Il n’est pas à jour, mais donne une idée du parcours..